La rage. Même si le vaccin existe, même si elle a été éradiquée de notre territoire, elle n’en reste pas moins une maladie mortelle. On l’a probablement oublié, mais c’est une maladie totalement incurable lorsque les premiers symptômes apparaissent !

Et si la rage a officiellement « disparu » de notre pays, le risque qu’elle y soit réintroduite est bien présent : par le biais d’animaux ramenés illégalement de l’étranger, ou malheureusement via votre animal de compagnie qui l’aurait contractée en voyageant avec vous.

Vous voulez un pays exempt de la rage ? Nous aussi ! C’est pour cela qu’à l’AFSCA, nous veillons pour vous au respect des règles et restrictions sanitaires d’entrée d’animaux en Belgique. Et, comme il s’agit d’une maladie mortelle pour l’animal et pour l’homme, oui, ces contrôles sont très stricts. Et heureusement !

Alors, à défaut de pouvoir guérir, notre seule alternative est de prévenir. Petit tour d’horizon des choses à savoir, pour vous et votre animal préféré. Vous verrez, au vu des risques, vous comprendrez mieux l’intransigeance du législateur !

La rage, c’est quoi exactement ?

La rage est une zoonose, c’est-à-dire une maladie contagieuse transmise de l’animal à l’homme ou inversement. Elle est causée par un virus présent dans la salive.

La contamination peut s’effectuer si vous êtes mordu, griffé ou léché, ou si vous entrez en contact avec la plaie d’un animal infecté. Ce virus est en plus très vicieux : il peut être transmis sans que l’animal ne présente le moindre symptôme ! Alors mieux vaut appliquer le principe de précaution et vous abstenir de tout contact avec des animaux errants ou sauvages à l’étranger. Car, si chez nous vous ne risquez rien… ce n’est pas le cas partout.

Outre le fait que le délai d’apparition des premiers symptômes peut s’étendre sur 6 mois, il n’existe aucun test qui permette de détecter la rage sur des animaux vivants. Ce qui fait que de nombreux cas sont diagnostiqués trop tard ou pas du tout.

Caresser un mignon petit chiot ou chat qui paraît en bonne santé peut être mortel. Effrayant, non ? En mai 2019, de retour de voyage en Asie, une jeune norvégienne de 20 ans a montré des symptômes de la maladie. Elle est malheureusement décédée quelques jours plus tard. Elle avait voulu sauver un chiot abandonné et lui a prodigué des soins, sans précaution. Fin 2017, c’était un jeune garçon qui décédait tragiquement dans les mêmes circonstances, en France, après avoir été en contact avec un chien sur une plage lors d’un voyage en famille en Asie.
Vous préservez vos compagnons de la rage ? Nous aussi.

Vaccination obligatoire ou non… selon vos intentions de voyage !

La vaccination contre la rage n’est plus obligatoire en Belgique, sauf évidemment si vous voyagez à l’étranger avec votre animal, que ce soit chez nos voisins français ou à l’autre bout du globe. Une excellente idée est de faire vacciner anticipativement votre compagnon à poils. Ainsi, vous n’aurez pas de soucis pour un voyage organisé en last minute ! Si, par contre, vous comptez ramener un chien ou un chat de l’étranger, les conditions à respecter sont plus nombreuses et très strictes, vu les risques potentiels encourus : vaccination, test sanguin et délai de plusieurs semaines sont souvent de mise pour ramener un chien ou un chat d’un pays étranger.

La rage en chiffres

  • La rage tue chaque année plus de 55.000 personnes dans le monde, principalement en Asie et en Afrique mais aussi en Amérique du Sud. Plus de 150 décès humains par jour.
  • Elle touche plus de 150 pays et territoires.
  • Les chiens sont à l’origine de 99% des cas mortels de rage chez l’homme.
  • Chaque année, plus de 15 millions de personnes dans le monde sont traitées directement après exposition, pour prévenir la survenue de la rage. Ce qui permet d’éviter des centaines de milliers de décès. Mais pas tous.

Symptômes, diagnostic et traitement

Alors, comment reconnaître un animal atteint de la rage ? Eh bien contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas toujours par des signes classiques comme l’agressivité ou l’agitation.

En effet, les symptômes peuvent varier : fièvre, malaise, troubles du comportement (animaux sauvages qui sont soudainement très dociles), salivation importante, refus de se nourrir, excitation sexuelle, sensibilité à la lumière vive et aux bruits forts, spasmes musculaires…

Vous l’avez compris, si les symptômes apparaissent c’est qu’il est déjà trop tard. Il faut impérativement qu’un traitement soit entamé dans les 24 à 48 heures après l’infection, donc largement avant l’apparition des premiers signes de la maladie, pour éviter une issue fatale.

Vos responsabilités

Pour éviter des ennuis à votre précieux chat ou chien (et à vous aussi), sachez que votre animal doit être identifié et avoir un passeport européen. Si vous êtes éleveur de chats ou de chiens, vous devez obligatoirement les faire identifier (à l’aide d’une micro-puce) et enregistrer avant qu'ils ne soient vendus ou donnés, et cela avant l’âge de huit semaines.

Sachez aussi que la vaccination contre la rage est obligatoire :

  • lorsque vos animaux de compagnie sont transportés de la Belgique vers un pays étranger (européen ou non);
  • lorsque des animaux de compagnie provenant de pays étrangers sont introduits en Belgique. Dans ce cas, des règles plus strictes encore sont d’application (test sanguin par exemple).

A noter aussi que votre chiot ne peut être vacciné contre la rage qu’à partir de l’âge de 3 mois. En outre il ne peut quitter le territoire belge qu’à partir de l’âge de 4 mois (15 semaines accomplies) et ce, afin d’être certain que le vaccin est actif.

Une règle d’or : ne rapportez jamais d’animaux de pays à risques !

Vous vous êtes pris(e) d’affection pour le chien abandonné qui vous a tenu compagnie pendant vos vacances à l’étranger et souhaitez l’adopter et le ramener à la maison ? C’est une noble intention mais… une très mauvaise idée ! En effet, il faut savoir que les derniers cas de rage signalés en Belgique concernaient chaque fois des chiens importés illégalement d’un pays à risque (comme le Maroc, par exemple, destination touristique très prisée des Belges). En 2008, une centaine de personnes a dû être traitée chez nous pour éviter de contracter le virus rabique. Fort heureusement, aucun décès n’a été recensé, la rapidité de réaction des Autorités ayant été le facteur clé.

Si, malgré tout, vous souhaitez ramener chez vous un animal d’un pays à risque, mais que vous souhaitez le faire dans les règles, sachez qu’il vous faudra suivre une procédure de vaccination et parfois de test sanguin qui prendra au moins 4 mois !

Souvenez-vous bien qu’en ne respectant pas les prescriptions imposées, vous mettez en péril votre vie ainsi que celle de votre famille et de tous vos concitoyens. Heureusement, nous veillons à prévenir les risques de contamination éventuelle en appliquant toujours de façon très stricte les prescriptions en matière d’importation d’animaux depuis des pays où la rage est présente. Et malheureusement, il nous est déjà arrivé de devoir ordonner une euthanasie. Décision très difficile mais inévitable quand on sait que l’homme meurt s’il est infecté par ce virus.

Pour rappel et pour vous éviter des ennuis…

Évitez à tout prix le contact avec des animaux errants lors de vos séjours à l’étranger. Le prix à payer pourrait être celui d’une vie.

Si vous souhaitez voyager avec votre animal dans un pays étranger, il doit être identifié, vous devez lui octroyer un passeport européen et le faire vacciner contre la rage chez un vétérinaire agréé.

Pensez donc à prendre contact à temps avec votre vétérinaire, vous éviterez ainsi de bien mauvaises surprises !

Plus d’info sur www.afsca.be/santeanimale/rage/

Vous aimez les camps de vacances ? Nous aussi.
Vous aimez les camps de vacances ? Nous aussi.
L’été est là, et le retour des fameux camps de vacances ! Mais bon, avouons-le, sans être surprotecteur, sommes-nous toujours
Plus d'infos
Vous aimez les barbecues ? Nous aussi.
Vous aimez les barbecues ? Nous aussi.
L’été est votre saison préférée ? Pas étonnant : comme beaucoup de Belges, vous aimez profiter au maximum des activités
Plus d'infos
Vous traquez les alleregènes ? Nous aussi.
Vous traquez les allergènes ? Nous aussi.
Nous le constatons tous : le nombre d’allergies alimentaires augmente.Même si les causes de cette augmentation ne sont pas distinctement
Plus d'infos
Vous faites rimer alimentation avec santé ? Nous aussi.
Vous faites rimer alimentation avec santé ? Nous aussi.
« Nous sommes ce que nous mangeons. » Mais ça, vous le saviez déjà, non ? Quand on mange sainement, on se
Plus d'infos
Tweet
Share
Pin
Share