Nous le constatons tous : le nombre d’allergies alimentaires augmente.
Même si les causes de cette augmentation ne sont pas distinctement établies, le fait est là. Vous ne voulez pas laisser le doute s’installer dans votre assiette ? Nous non plus ! C’est pourquoi nous effectuons pour vous tous les contrôles nécessaires pour tracer et signaler ces fameux allergènes et assurer ainsi votre tranquillité d’esprit.

Au fait, c’est quoi une allergie alimentaire ?

Quand on est ‘’allergique’’, un aliment normalement sans danger est perçu comme une menace par notre système immunitaire. Cet aliment devient alors un allergène. Pour l'éliminer, notre système de défense sécrète de nombreuses substances qui occasionnent des symptômes allergiques au niveau de la peau, du tube digestif ou des voies respiratoires. Heureusement, la plupart des réactions allergiques aux aliments sont relativement légères, mais dans de très rares cas, elles peuvent être mortelles.

Et quels sont ces allergènes au juste ? On en dénombre actuellement plus de 160 dans le monde ! Mais les plus courants sont le blanc d'œuf, le lait et les produits laitiers, les céréales contenant du gluten, les fruits à coque, les poissons, les crustacés et les mollusques. L’Europe a légiféré en la matière et 14 allergènes sont à déclaration obligatoire, que ce soit pour des aliments emballés ou vendus en vrac, voire même dans votre restaurant préféré ou chez le boucher du coin.

Vous traquez les allergènes ? Nous aussi.

Ne pas confondre avec l’intolérance alimentaire…

La différence ? L’intolérance alimentaire implique le métabolisme, et non le système immunitaire. On parle d’intolérance lorsque la personne ne peut pas métaboliser la substance suite à l’insuffisance ou à l’absence de l’enzyme ou de l’hormone nécessaire pour la digérer.

Quels sont les symptômes d’une allergie alimentaire ?

Peut-être en avez-vous déjà été victime ou alors simple témoin : les signes d’une allergie alimentaire sont souvent à la fois spectaculaires et déplaisants.
Ils peuvent se manifester de différentes façons :

  • symptômes digestifs : diarrhée, vomissement, constipation, …
  • symptômes cutanés : eczéma, urticaire, …
  • symptômes respiratoires : rhinite, asthme, difficulté à respirer…

La présence d’un allergène peut causer de graves troubles apparaissant brutalement après avoir consommé un aliment. Le symptôme le plus dangereux étant le choc anaphylactique qui engage le pronostic vital et nécessite l'administration d'adrénaline pour stopper la réaction.

La bonne information du consommateur : l’Afsca veille au grain !

Après avoir lu ça, vous voulez sûrement savoir que faire pour éviter tous ces désagréments ! C’est très simple : si vous êtes intolérant ou allergique, le seul moyen d’éviter une réaction est de ne pas consommer l’aliment déclencheur.

Mais comment alors être sûr de pouvoir le tracer dans votre alimentation ? Grâce notamment à la vigilance de nos équipes qui contrôlent sur le terrain que les établissements alimentaires communiquent bien cette information si cruciale !

Comment ? En veillant attentivement au respect de la législation européenne qui impose que les 14 allergènes les plus courants (impliqués dans 90% des allergies) soient clairement identifiés sur les étiquettes :

  • les céréales contenant du gluten : le blé (comme l'épeautre et le blé de Khorasan), le seigle, l'orge, l'avoine ou les espèces hybrides
  • les crustacés
  • les œufs
  • les poissons
  • les arachides
  • le soja
  • le lait
  • les fruits à coque (à savoir les amandes, les noisettes, les noix, les noix de cajou, les noix de pécan, les noix du Brésil, les noix de Macadamia et du Queensland et les pistaches)
  • le céleri
  • la moutarde
  • les graines de sésame
  • les mollusques
  • le lupin
  • les sulfites et l’anhydride sulfureux

Téléchargez notre fiche indispensable sur les allèrgenes (pdf)

Que faire en cas d’absence d’étiquette ?

‘‘Et quand il n’y a pas d’étiquette, je fais comment ?’’ Bonne question ! Quand vous achetez des aliments vendus en vrac dans le commerce par exemple, ou que vous les consommez au restaurant ou à la cantine dans le cas de vos enfants, retenez simplement ceci : lorsque vous posez une question concernant la présence éventuelle d’allergènes, le commerçant ou le restaurateur doit toujours pouvoir vous informer immédiatement. Par écrit, donc à la lecture du menu par exemple, ou oralement, en cas de question au serveur ou au commerçant.
En effet, depuis fin 2014, le consommateur doit pouvoir être informé sur place de la présence d’allergènes dans tous les produits des commerces délivrant des aliments non-emballés.

Des contrôles plus sévères pour protéger les consommateurs

Nous sommes avant tout partisans de l’information et de l’accompagnement des professionnels de la chaîne alimentaire. C’est pourquoi nous avons laissé aux entreprises une période d’adaptation à cette nouvelle législation, en prônant une approche axée sur le conseil et la formation gratuite plutôt que sur la sanction.
Mais depuis 2017, nos inspecteurs contrôlent plus sévèrement les établissements pour s’assurer qu'ils vous informent correctement sur le sujet. Un consommateur bien informé et protégé, telle est notre priorité.

Vous voulez connaître le menu du jour ? Nous aussi.
Vous voulez connaître le menu du jour ? Nous aussi.
L’heure de la rentrée a sonné et c’est le retour des cartables, des cahiers et… des repas pris à l’école.
Plus d'infos
Vous voulez de la transparence ? Nous aussi.
Vous voulez de la transparence ? Nous aussi.
La transparence, gage de confiance Celle que vous êtes en droit d’éprouver en tant que consommateur à tous les échelons
Plus d'infos
Vous préservez vos compagnons de la rage ? Nous aussi.
Vous préservez vos compagnons de la rage ? Nous aussi.
La rage. Même si le vaccin existe, même si elle a été éradiquée de notre territoire, elle n’en reste pas
Plus d'infos
Vous aimez les festivals ? Nous aussi.
Vous aimez les festivals ? Nous aussi.
Sortez les lunettes et la crème solaire, la saison des festivals et des fêtes de plein air est ouverte et
Plus d'infos
Tweet
Share
Pin
Share